Luc GUYAU

Luc GUYAU

Nourrir le monde en 2035 : quels espoirs ? [extrait]

— Bon anniversaire papy !
C’est mon arrière-petit-fils qui arrive à la maison pour mes 87 ans. Il vient de passer brillamment son Bac et s’oriente vers l’école d’agriculture d’ingénieurs d’Angers pour y préparer un diplôme orienté sur l’international. Il a d’ailleurs choisi en langues vivantes l’anglais et le chinois qui, avec le français, sont les deux langues les plus parlées au monde actuellement.
Pour préparer son admission, il est allé aux archives de l’École supérieure d’agriculture d’Angers et a découvert mon intervention de 2013 lors de la « leçon inaugurale » pour les jeunes étudiants de l’époque qui ont déjà près de vingt ans d’activités professionnelles au compteur.— Dis papy, quelles sont selon toi les grandes évolutions qui ont marqué la société depuis vingt ans ?
— Luc GUYAU : Bien sûr, je commencerais peut-être par le rétablissement du service national. Je te rappelle que dans ton cursus d’étudiant, tu vas devoir accomplir quatre mois de service. Je le demandais depuis longtemps pour assurer le mixage de population, jeunes hommes ou jeunes femmes de toutes les origines sociales ou de formations différentes. Je pense que c’est un élément de connaissance sociale qui permettra à l’ensemble de la société d’être plus tolérant et plus respectueux vis-à-vis des personnes et des institutions. C’est un honneur et une chance pour les jeunes générations.
Il est vrai qu’un gros effort a été réalisé depuis dix ans pour donner plus de liens et de liant à notre pays. Et ce n’est pas la moindre des choses concernant nos dirigeants politiques. Après de nombreux débats a aussi été mis en place un vrai statut de l’élu mettant tout le monde au même rang : les fonctionnaires doivent démissionner de leur poste quand ils sont élus et le statut permet à des chefs d’entreprise (petite ou grande) d’avoir une assurance de remplacement pour retourner dans leur entreprise. C’est ainsi que la sécurité absolue n’existe plus mais le statut assure un minimum de stabilité professionnelle. Ce sont deux mesures qui, sur le moyen terme, changent considérablement la gouvernance de notre pays. Le débat pour obliger tous les candidats aux élections nationales et européennes d’avoir exercé une activité professionnelle (hors des cabinets) aura, s’il aboutit, un impact réel sur la représentation de la « vraie vie » assurant ainsi un rapprochement entre les élus et les citoyens.
Je te dis cela car pour moi, aujourd’hui, c’est ta génération qui va devoir préparer la France de 2050.
Depuis les grandes crises sociétales des années 2020 un nouveau rapport à la laïcité a été établi ne considérant plus la laïcité comme une « religion » mais bien comme le respect de toutes les idéologies (philosophiques et ou religieuses), ceci permettant une relation plus normalisée et respectueuse des idées de chacun. Bien sûr, tout n’est pas parfait mais, enfin, on ne se regarde plus en « chiens de faïence ». […]

N’oubliez pas :

Vous pouvez réagir en laissant un commentaire !