Maximilien BRABEC

Maximilien BRABEC

Nouveau modèle d’entreprise et de création de valeur pour 2035 [extrait]

Les taxis auraient pu et dû inventer Uber®, et le groupe Accor® aurait pu créer Airbnb®. Et vous, cher lecteur, quel que soit votre rôle, comment vous y prendre pour faire prendre un virage salutaire à votre entreprise ? Devenez l’(intra)entrepreneur de demain, celui qui saura oublier l’existant pour (re)partir de zéro, celui qui rendra les hommes acteurs de l’innovation en privilégiant l’expérimentation terrain au-delà de la production d’idées.

L’avenir appartient à ceux qui créent les mutations
Nous sommes dans un monde de moins en moins prévisible avec des mutations de moins en moins linéaires. Les récentes études et parutions anglo-saxonnes parlent de mutations Volatiles, Incertaines, Complexes et Ambiguës (Volatility, Uncertainty, Complexity and Ambiguity – VUCA en anglais). À titre d’anecdote parmi tant d’autres, aujourd’hui près de 30 % des jeunes prévoient de se passer d’une banque et nombreux sont les jeunes qui estiment ne pas avoir besoin de permis de conduire, ce qui était inimaginable il y a encore quelques années.
Les observations de nombreux marchés montrent que ces mutations peuvent suivre une courbe en S indiquée en pointillé sur le schéma ci-dessous, bien différente de la courbe habituelle de maturation d’un marché (en continu).

Courbe de l'évolution des mutations

Ces mutations sont traîtresses car elles arrivent sans prévenir et remettent tout en cause de manière fulgurante. L’observation de ces mutations non linéaires montre que :
– premièrement, ça ne suffit plus de « gérer son entreprise en gestionnaire » pour la développer et la pérenniser : Il faut aussi être « visionnaire » (le diable est dans le courttermisme) ;
– deuxièmement, et c’est une très bonne nouvelle pour nos entreprises et nos entrepreneurs, ça ne suffit plus de « faire de la prospective » pour être visionnaire : il faut aussi « être l’auteur des mutations de demain ». L’avenir appartient plus à ceux qui le façonnent qu’à ceux qui l’anticipent. À titre d’illustration : IBM® aurait pu et dû créer Microsoft®. Microsoft® aurait pu et dû créer Google®. Google® aurait pu et dû créer Facebook®. Facebook® aurait pu et dû créer Twitter® lequel résulte d’une démarche stratégique non disciplinée fondée tout simplement sur l’esprit de création… Et Twitter® aurait pu et dû créer le je-ne-sais-quoi-de-génial qui va voir le jour tôt ou tard, il ne tient qu’à vous, cher lecteur, de le créer. […]

N’oubliez pas :

Vous pouvez réagir en laissant un commentaire !